subprimes 3.0 ! Immobilier et Métavers : est-ce la fin de l’empire ? PERTE et FRACA ?

Heureux couple marié insouciant sur canapé avec chien entouré de boîtes en carton
Table des matières

Source de : Marline Blain

Patatras ! Les nouvelles possibilités immobilières dans le métavers étaient sur toutes les lèvres… jusqu’à la publication de ce rapport. La récession ne touche pas seulement l’immobilier, mais les propriétés virtuelles connaissent aussi leur première crise dans le métavers. Dans le présent, tout est en chute libre : le nombre de transactions, le coût des propriétés et, surtout, l’intérêt des investisseurs… Les auteurs présentent les arguments en faveur de cette crise des subprimes 3.0.

DU CHANTAGE À LA DÉSILLUSION

L’émulation du metaverse et de l’immobilier a été remarquée à l’été 2021 et sera à son point culminant au mois de novembre. Les bases et les noms ont été formulés : blockchain, crypto-monnaies métavers, NFT, rebranding du groupe Facebook en Meta. Pendant cette période où le metaverse était en activité, les transactions ont tourné à plein régime. Des propriétés virtuelles d’une valeur de 229 millions de dollars ont été vendues dans le métavers via Decentraland et Sandbox à travers 16 000 transactions.

Entre novembre 2021 et juin 2022 C’est une période de débauche. Durant cette période, Decentraland et Sandbox ont fait les frais d’une baisse de 97 % des transactions impliquant des biens immobiliers, selon les données de WeMeta compilées par The Information. Elles font état de 2 000 ventes et estiment leur valeur à 8 millions de dollars. La raison de cette baisse est une diminution du coût des terrains. En février 2022, il était de 16 300 $, mais il n’était que de 3 300 $ en juin. Il s’agit d’une diminution de près de 80 %.

En savoir plus  Payer en chèque cadeau sur internet, c’est possible Réponse ici

Après la lune de miel, LE RETOUR À LA PERSONNALITÉ

Le prix du bitcoin a été extrêmement bas au cours des derniers mois. La stabilité du marché des crypto-monnaies n’a rien arrangé à ce problème. Cependant, le fond du problème n’existe pas dans cette zone dans la mesure où le marché immobilier est concerné. Lorsqu’il s’agit de Noël, les enfants sont excités lorsqu’ils ouvrent leurs cadeaux. Cette excitation s’estompe au fil des jours. C’est ce qui se passait entre l’industrie immobilière et le métavers. L’enthousiasme est retombé.

Selon Les Numeriques, de nombreux investisseurs ont été déçus en raison de l’inexpérience d’une industrie qui reste, au final, fictive. Ces derniers mois, nous avons assisté à l’essor d’hôtels et d’un centre commercial muséal, de biens virtuels ou même d’un centre commercial, sans toutefois que leur valeur réelle soit démontrée. Et le marché n’est pas là. Selon une étude menée par Censuswide pour Productsup,les consommateurs (en général) restent sceptiques quant à la valeur des métavers.

LE MARCHÉ DES MÉTAVERS IMMOBILIERS DOIT ARRIVER À MATURITÉ.

C’est la fin de cette tendance. Le metaverse étant pour l’essentiel un vaste monde virtuel encore en développement, il n’est absolument pas nécessaire de déclarer sa fin. L’actuelle crise des subprimes 3.0 est avant tout un appel à la raison. Le metaverse immobilier doit être réintroduit sur le marché et montrer aussi sa valeur. Tout est considéré comme un hôtel, une propriété, un hôtel et un centre commercial, un commerce, etc. à condition qu’il offre une expérience utilisateur distincte et positive. En ce sens, le secteur de l’immobilier n’est pas le seul à être confronté à ce problème. Allons-y !