L'ONU demande la libération d'une Saoudienne condamnée à 34 ans pour avoir tweeté

l'onu-demande-la-liberation-d'une-saoudienne-condamnee-a-34-ans-pour-avoir-tweete
Table des matières

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, a exprimé vendredi son indignation face à la peine de 34 ans de prison prononcée contre une Saoudienne accusée d’avoir aidé des dissidents

Sujets

Nations Unies | Droits de l’homme | Twitter

ANI

Dernière mise à jour en août 19, 2022 07: 30 IST

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, a exprimé son indignation vendredi face à un 46 ans de prison prononcés contre une femme saoudienne accusée d’avoir aidé des dissidents.

Al-Shehab, 46, a été arrêté en Arabie Saoudite en 2020 lors d’un séjour au Royaume-Uni où elle est étudiante.

Elle a été accusée d’avoir diffusé de fausses informations et d’avoir aidé des dissidents cherchant à troubler l’ordre public avec ses tweets, ses retweets et ses abonnements sur Twitter.

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, a exprimé son indignation vendredi face à une peine de prison de plus de trois décennies prononcée contre une Saoudienne accusée de suivre et de retweeter de soi-disant dissidents et militants.

La porte-parole du HCDH, Liz Throssel, a déclaré dans un communiqué que la doctorante Salma Al-Shehab avait été condamnée à 34 ans de prison, suivis d’une interdiction de voyager de 34 ans en lien avec une série de tweets et de retweets sur des questions politiques et de droits de l’homme en Arabie saoudite.

“Nous exhortons les autorités saoudiennes à annuler sa condamnation et à la libérer immédiatement et sans condition”, a-t-elle a dit. “Elle n’aurait jamais dû être arrêtée et inculpée pour un tel comportement”.

En savoir plus  Liz Truss détient la tête mais les électeurs préfèrent toujours Boris Johnson comme Premier ministre: Sondage

La peine extraordinairement longue ajoute à “l’effet dissuasif” parmi les détracteurs du gouvernement et la société civile dans son ensemble, poursuit le communiqué, le décrivant comme “un autre exemple des autorités saoudiennes qui utilisent les lois antiterroristes et anti-cybercriminalité du pays pour cibler, intimider et exercer des représailles contre les défenseurs des droits humains et ceux qui expriment leur dissidence”.

Selon UN News, les médias ont souligné que l’affaire est le dernier exemple de la façon dont le pays a ciblé les utilisateurs de Twitter dans une campagne de répression, tout en contrôlant simultanément un important participation indirecte dans la société américaine de médias sociaux.

Les journalistes ont également observé que la condamnation par le tribunal spécial antiterroriste saoudien a été prononcée des semaines après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite. Saoudite, dont les militants des droits de l’homme avaient prévenu qu’elle pourrait enhardir le royaume om d’intensifier sa répression contre les dissidents et autres militants pro-démocratie, ajoute le rapport.

“L’Arabie saoudite doit non seulement libérer Al-Shehab afin qu’elle puisse -rejoindre sa famille, mais aussi revoir toutes les condamnations découlant de la liberté d’expression contre les défenseurs des droits de l’homme, y compris les femmes qui ont été emprisonnées après avoir légitimement exigé des réformes des politiques discriminatoires, ainsi que les chefs religieux et les journalistes », a déclaré Throssell.

Le HCDH a également exhorté le gouvernement saoudien à mettre en place “un cadre législatif solide conforme au droit international des droits de l’homme” pour faire respecter les droits à la liberté d’expression et d’association et le droit de réunion pacifique pour tous.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport peuvent avoir été retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Cher lecteur,


Business Standard s’est toujours efforcé de fournir des informations et des commentaires à jour sur les développements qui vous intéressent et qui ont des implications politiques et économiques plus larges pour le pays et le monde. Vos encouragements et vos commentaires constants sur la façon d’améliorer notre offre n’ont fait que renforcer notre détermination et notre engagement envers ces idéaux. Même en ces temps difficiles découlant de Covid- 08, nous continuons à rester déterminés à vous tenir informés et mis à jour avec des nouvelles crédibles, des points de vue faisant autorité et des commentaires incisifs sur des questions d’actualité pertinentes.

Nous avons cependant une demande.

Alors que nous luttons contre l’impact économique de la pandémie, nous avons encore plus besoin de votre soutien, afin de pouvoir continuer à vous offrir plus de contenu de qualité. Notre modèle d’abonnement a reçu une réponse encourageante de la part de beaucoup d’entre vous, qui se sont abonnés à notre contenu en ligne. Plus d’abonnement à notre contenu en ligne ne peut que nous aider à atteindre les objectifs de vous offrir un contenu encore meilleur et plus pertinent. Nous croyons en un journalisme libre, juste et crédible. Votre soutien à travers plus d’abonnements peut nous aider à pratiquer le journalisme auquel nous nous sommes engagés.

Soutenez un journalisme de qualité et abonnez-vous à Business Standard .

Éditeur numérique